le ruban de moëbius - sara favriau

Le ruban de moëbius

Première partie de l’installation, dans une ferme en terre crue au coeur de la palmeraie d’AlUla – The oasis reborn, AlUla, Arabie Saoudite – 2022 – Une corde est tressée depuis le milieu d’une feuille de palmier, auquelle viennent se nouer d’autres feuilles-cordes pour former un lien épais. Un grand emmêlement, placé dans une pièce fermée, mais à ciel ouvert d’une vieille ferme en ruine : la Nature s’emmêle avec la Culture. Cette corde est créée à partir des tiges des feuilles de palmier. Ces tiges, à priori rigides, ont été rompues et assouplies pour devenir de la fibre, puis torsadées et tressées. Les fibres naturelles ont été délié pour être renouées de façon culturelle. Le tronc du palmier qui s’élève a disparu. Ne subsiste que des feuilles, témoins et traces de vie. Le cordage incarne le lien du ciel vers la terre. Le nœud, l’emmêlement, quant à lui, évoque à la fois, tensions et correspondances entre Nature et Culture. Un bol de cendre de feuilles de palmier est placé au pied de l’installation. Sa présence évoque le cycle (réparation/destruction) comme la présence de l’humain. En effet, de nombreux feux sont organisés dans l’oasis par les propriétaires. Les palmiers-dattiers, en culture, ravagés par les parasites et leurs palmes qui tombent de la canopée, sont en permanence brûlées. L’oasis fume au sol, aux pieds des dattiers. Pourtant, les cendres de ces feux servent ensuite à fertiliser les sols en les disposant autour des palmiers. Ici encore, il s’agit de cycle et de circularité.

First part of the installation, in a mud farm in the heart of the palm grove of AlUla – The oasis reborn, AlUla, Saudi Arabia – 2022 –  A rope is braided from the middle of a palm leaf, to which other leaf-cords are tied to form a thick bond. A large tangle, placed in a closed but open room of an old ruined farmhouse: Nature tangles with Culture. This rope is created from the stems of palm leaves. These stalks, at first sight rigid, have been broken and softened to become fiber, then twisted and braided. The natural fibers were untied to be rewoven in a cultural way. The trunk of the rising palm has disappeared. Only leaves remain, witnesses and traces of life. The rope embodies the link from heaven to earth. The knot, the tangle, evokes both tensions and connections between Nature and Culture. A bowl of palm leaf ash is placed at the foot of the installation. Its presence evokes the cycle (repair/destruction) as well as the presence of the human. Indeed, many fires are organized in the oasis by the owners. The date palms, under cultivation, ravaged by parasites and their palms falling from the canopy, are permanently burned. The oasis smokes on the ground, at the feet of the date palms. However, the ashes of these fires are then used to fertilize the soil by placing them around the palm trees. Here again, it is a question of cycle and circularity. 

Deuxième partie de l’installation – The oasis reborn, AlUla, Arabie Saoudite – 2022 – Cendres de palmes brûlées in situ, dont on devine encore la forme des feuilles, au cœur de la ferme. Issues d’un petit feu et de sa maîtrise, il s’est consommé jusqu’à la tombée du jour. Les cendres désormais tapissent d’un cordon ce qui ressemble encore à deux pièces. Ce cordon révèle l’espace de cette bâtisse, en suivant ses murs encore érigés. Sa forme convoque la corde : son extension immatérielle, déliée. Visible depuis la palmeraie, ce cordon de cendres mène jusqu’à la seule pièce invisible depuis l’extérieur, où se trouve la première installation (feuille-corde). Ce lien qui embrasse la ferme, est une attention, un rituel. Jadis feu, les cendres à présent fertilisent, protègent, alimentent le foyer et nous le rappellent. Elles colorent la ferme, elle, aux couleurs du sol. L’élément terre fait corps aux deux éléments qui n’existent pas l’un sans l’autre, l’air et le feu. 

Second part of the installation – The oasis reborn, AlUla,Saudi Arabia – 2022 – Ashes of palms burned in situ, of which we can still guess the shape of the leaves, in the heart of the farm. Resulting from a small fire and its control, it was consumed until dusk. The ashes now line what still looks like two rooms with a rope. This rope reveals the space of this building, following its still standing walls. Its shape evokes the rope: its immaterial, untied extension. Visible from the palm grove, this cord of ashes leads to the only room invisible from the outside, where the first installation (leaf-rope) is located. This link that embraces the farm, is an attention, a ritual. Once a fire, the ashes now fertilize, protect, feed the home and remind us of it. They color the farm with the colors of the soil. The earth element is the body of the two elements that do not exist without each other, air and fire. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s